Partager sur

« La séparation ARKEA Crédit Mutuel est sans intérêt ni pour la Bretagne ni pour les Bretons. », Interview de Marylise Lebranchu

Pourquoi vous engager pour défendre l’unité du Crédit Mutuel ?

La Bretagne est une région singulière. Forte et fragile. Notre position géographique est une faiblesse mais aussi un atout dans le monde dans lequel on vit. Mais cet atout ne peut se concevoir dans l’isolement, le repli. En tout cas, ce n’est pas ma conception de la Bretagne, ni de son intérêt. Ce sont ces mêmes raisons qui m’ont amené à soulever des questions dans le débat sur l’avenir du Crédit mutuel de Bretagne.

Je ne suis pas banquière ; je suis une sociétaire engagée. La Confédération Nationale du Crédit Mutuel n’est pas une banque comme les autres. Il n’y a pas de rémunération du capital. Ses bénéfices sont réinvestis et profitent ainsi aux sociétaires et uniquement aux sociétaires. Il n’y a pas des clients, il y a des sociétaires qui peuvent s’engager dans la vie d

e la banque, débattre et peser sur les orientations de cette dernière.

Je soutiens ARKEA en tant que Caisse fédérale, en tant que Crédit mutuel de Bretagne, mais je me bats contre le projet de ses dirigeants de briser cette unité.

Les combats de personne ne m’ont jamais intéressé ; ce qui m’importe c’est l’intérêt des sociétaires et des salariés. Et uniquement cela !

 

Pourquoi c’est important de rester une banque mutualiste ?

Une banque qui appartient à ses sociétaires garantit la démocratie dans les décisions de l’entreprise.

C’est aussi l’assurance que les résultats du travail de l’ensemble du Crédit mutuel nourrissent et renforcent la pérennité de la banque et non la rémunération du capital de quelques-uns.

Dans la crise que nous traversons, ce sont des repères déterminants.

N’oublions jamais que seul, on va peut-être plus vite, mais ensemble, on va beaucoup plus loin ! Les dirigeants actuels d’ARKEA devraient se souvenir de cela !

 

Pourquoi refuser le projet d’indépendance ?

Parce que le projet d’indépendance c’est d’abord dire aux autres caisses fédérales « Vous n’aurez plus la solidarité du CMB pour vous aider en cas de coup dur ».

C’est aussi pour le CMB, se priver du recours aux autres caisses en cas de difficulté.

Enfin, au sein d’une caisse confédérale, nous avons le respect de chacun et la solidarité pour tous ; c’est tout le sens de mon combat.

Et qui peut dire que les tensions économiques et financières mondiales actuelles ne risquent pas de dégénérer ? Ensemble, nous protégeons mieux l’épargne des sociétaires bretons.

La séparation ARKEA Crédit Mutuel est sans intérêt ni pour la Bretagne ni pour les Bretons.

 

Et les salariés du CMB ARKEA en Bretagne ?

Une partie des salariés a pris fait et cause pour le projet d’ARKEA. Une autre, silencieuse, s’inquiète du devenir de la banque, de son futur, de leurs statuts et de la garantie de l’emploi. C’est aussi cela la situation actuelle. Nous n’arrivons pas à débattre dans le calme, arguments contre arguments pour éclairer les choix.

Le refus par ARKEA de s’engager sur l’absence d’un plan de ré

duction des effectifs pendant les 5 prochaines années est étrange non ? Pourtant c’est une exigence de la Confédération si ARKEA la quittait.