Partager sur

En cas d’indépendance d’Arkéa, que vont devenir les Caisses locales ?

Elles ne seront plus le cœur d’activité d’Arkéa.

En cas de sécession, Arkéa ne sera plus une banque mutualiste – ce statut étant strictement réservé par la loi – et perdra son modèle actuel centré sur les Caisses locales, moteurs du développement des territoires et centre de décision (95% des décisions prises en local).

Les Caisses locales seront au mieux une chambre d’enregistrement au profit d’une centralisation des décisions et d’une remontée des résultats au siège d’Arkéa à Brest. Elles ne seront plus des établissements de crédit.

Le pouvoir de décision au niveau de la caisse locale, actuellement dévolu aux élus bénévoles, de même que le principe de la démocratie mutualiste, ne sera plus garantie par la loi. A tout instant, il pourra être remis en cause.

Par ailleurs, le nombre de Caisses locales qui seraient conservées est inconnu à date : il est toutefois inquiétant de voir dans le dossier d’orientation des dirigeants du Crédit Mutuel Arkéa que le modèle prôné est celui d’agences en centre urbain avec l’ouverture de bureaux partagés avec d’autres entreprises dans les zones rurales – ce qui est inédit au sein du Crédit Mutuel.