Partager sur

Quelles conséquences sur Arkéa en cas de sécession vis-à-vis du Crédit Mutuel ?

Elles sont nombreuses…

En cas de sécession vis-à-vis du Crédit Mutuel, Arkéa perdrait tous les bénéfices de son appartenance au groupe Crédit Mutuel :

  • Perte de la marque Crédit Mutuel, marque bancaire préférée des Français ;
  • Perte du réseau national Crédit Mutuel – plus de 2 000 Caisses locales partout sur le territoire ;
  • Perte du bénéfice de l’appartenance au groupe bancaire le plus solide de France et l’un des plus solide d’Europe ;
  • Fragilisation des parts sociales des clients-sociétaires :
    • Aujourd’hui, 1 part sociale Arkéa dans le groupe Crédit Mutuel est protégée par plus de 3 euros de réserves.
    • Demain, avec un Arkéa seul, elle sera protégée par moitié moins.
  • Baisse de la notation et perte du bénéfice des modèles internes au Crédit Mutuel :
    • Cela entrainera des conditions moins avantageuses sur les marchés financiers et donc des prêts plus chers pour les clients-sociétaires.
  • Abandon du modèle mutualiste ;
  • Centralisation des décisions au siège de Brest : le modèle ne pourra plus être un modèle où la caisse locale est le moteur du développement des territoires avec aujourd’hui 95% des décisions prises en local.

 

Par ailleurs, toute désaffiliation aura un coût certain et devra comporter les mesures relatives à la protection de la collectivité des sociétaires, clients et salariés, ainsi qu’au financement et à l’animation des territoires. Ceci impliquera notamment:

– la prise en charge de l’information et du transfert des clients voulant rester au Crédit Mutuel, banque mutualiste et coopérative centenaire ;

– la rétrocession au Crédit Mutuel du bénéfice de mutualisation créé par la collectivité des clients et sociétaires ;

– l’indemnisation du Crédit Mutuel pour les dommages créés, en particulier la nécessité de redéployer son réseau dans le Sud-Ouest (CMSO) et en Bretagne (CMB).